290113

La troisième forêt - Exposition Laurent Cerciat - médiathèque Grenade sur l'Adour

 

FLYER_LA_TROISIEME _FORET_GRENADE_LC2013

 

Laurent CERCIAT - La troisième forêt

Dans les traités de jardinage anciens, on distinguait trois natures : la première, sauvage, la seconde, agricole, la troisième jardinée.

Le paysagiste Gilles Clément, quant à lui, désigne par le terme « tiers-paysage »

(en référence au tiers-état) les espaces naturels délaissés, riches de biodiversité.

Dans le même esprit, nous pourrions compter trois types de forêts : la forêt primaire, non modifiée par l'homme (encore présente dans les Landes), mais en voie de disparition à l'échelle planétaire, et recélant une précieuse diversité du vivant, dont nous ne connaissons qu'une petite partie ; la forêt secondaire ensuite, plantée ou gérée par l'homme, très importante tant pour l'oxygène qu'elle produit que pour la vie qu'elle abrite ; et puis il y a les villes...

Une ville comme Paris compte, outre ses parcs, plus de 100 000 arbres d'alignement et 160 espèces différentes. Les arbres jalonnent la ville, l'embellissent, racontent son histoire et interagissent avec nous. Pourquoi ne pas considérer les villes comme de vastes domaines arboricoles dont les habitations seraient autant de biotopes, le tout formant des écosystèmes riches, cessant d'opposer vainement nature et culture ?

Ce serait cette troisième forêt, fragmentaire, plus éparse que les deux précédentes. Son unité se constitue dans le regard du promeneur. Elle joue dans nos vies un rôle écologique, social, historique, topographique, poétique…

Laurent CERCIAT a collaboré à l'élaboration du projet Nectar dans le cadre de la résidence d'artistes Mutations d'office (Ligue de l'Enseignement des Landes). La bibliothèque alvéolaire Nectar est hébergée par le CDDP des Landes. Nectar propose un ensemble d'activités transversales dans le sens de l'ouverture à la curiosité artistique avec des artistes intervenants. Nectar représente une opportunité pédagogique départementale dans le contexte des nouveaux aménagements des rythmes scolaires (temps scolaires et péri-scolaires).

Consulter la brochure Mutuum 

T : médiation Nectar / Valérie CHAMPIGNY: 06 48 18 94 21 

M : V.CHAMPIGNY@MUTATIONSDOFFICE.NET 

S : mutationsdoffice.net

logo nb FALEP - Féderation des Landes 

RETOUR

 

 

 


010311

LABYRINTHICS

affiche_MO_ados_1

 

 

 

 

 

 

visuels affiches

 

 

 

 

  

 

Les vidéos dans le quartier avec Laurent Cerciat, artiste plasticien et les jeunes du Lycée Duruy et de l'INSUP (PJJ).

Avec Didier Grot, caméraman professionnel, Laurent Cerciat réalise deux reportages vidéo (sur les interventions dans les jardins et sur l'excursion urbaine) ainsi que deux projets vidéo. L'un sous forme de clip musical, Les pieds sur terre, met en scène des jeunes encadrés par la PJJ qui arpentent le quartier en reconstruction. L'autre, Labyrinthics, compare ces ambiances urbaines diverses à un labyrinthe dans lequel évoluent de jeunes gens (une classe de seconde du Lycée Victor Duruy) qui finissent par rencontrer le Minotaure (plutôt sympathique ici), clin d' œil à la culture tauromachique de la ville.

"Labyrinthics" a été sélectionné par l'OROLEIS en 2010 dans le cadre du concours "Regard Jeunes sur la Cité", section Jeunesse au Festival de Cannes.

 logo nb FALEP - Féderation des Landes

 

 RETOUR

 

201109

Actions INSUP


L’INSUP et les chantiers d'insertions Landais s’inscrivent dans le projet culturel de la résidence d'artistes "Mutations d'Office".

Comédiens, plasticiens vont à la rencontre des adolescents et jeunes adultes en chantiers d'insertion.

Les productions des jeunes participent aux restitutions annuelles.

La participation au parcours urbain renforce la proximité dans les relations qui les lient entre les jeunes en échec scolaire et l'artiste en résidence longue. 

INSUP01INSUP02

 

Posté par mutationsdoffice à 15:23 - - Permalien [#]
Tags : , ,
181109

Performances photographiques

Toutes les photographies de ce blog sont réalisées exclusivement dans le nouvel îlot Rozanoff.

 La réalité est un sujet d'interprétation beaucoup plus qu'un sujet de documentation ce qui engendre peu à peu la mise en place de petits dispositifs simples que j'installe avec les habitants lors des "repas partagés", "vide-greniers", ou autres moments de la vie du quartier.

Rien n’est objectif et c'est cette subjectivité, l'émotion face à un objet ou à un semi-décor intégré au contexte (même si parfois insolite) qui stimule la collaboration des habitants seul ou en famille. Les participants aiment à montrer une réalité ressentie plutôt que la réalité elle-même.


Posté par mutationsdoffice à 17:28 - - Permalien [#]
121109

Signalétique Non-Directionnelle

 

 Ligue de l’Enseignement des Landes en partenariat avec Bois & Services

Action de la résidence d’artistes « Mutations d’Office » :

« Signalétique non-directionnelle »

 

Elaboration d’une signalétique avec le personnel d’entretien de Bois & Services.(Chaque panneau réalisé par les habitants et personnels de l’entretien de l’association Bois & Services raconte différents positionnements sur l’environnement et la propreté.)

La résidence d’artistes « Mutations d’office » intervient dans le cadre du CUCS de la ville de Mont de Marsan et propose depuis septembre 2009, des activités artistiques diverses les vendredis matin pour le personnel de l’entretien de l’association Bois & Services (groupe d’hommes et de femmes). Valérie Champigny, médiatrice culturelle de la Résidence d’artistes « Mutations d’office » et plasticienne de formation assure les interventions auprès des habitants. D’autres artistes en résidence (Laurent Cerciat et Delphin Montiel) interviendront dès janvier 2010.

L’association Bois & Services a proposé à la résidence de mener une action artistique dans le cadre de la Semaine de la Propreté et de l’Environnementorganisée par Bois & Services. 

La résidence d’artistes ne perd pas de vue ses objectifs artistiques avec le parcours urbain « Marche sur mes plates-bandes » pour septembre 2010 mais elle inscrit également ses actions dans la dynamique des évènements des structures où elle intervient. Et c’est aussi un moyen de permettre aux habitants d'appréhender la création par le biais d'un sujet qui les touche. 

Le travail a amusé et l’ensemble de l’équipe s’est pris au jeu. 

En saynètes poétiques ou logos, Rama, Fédra, Milouda, Marlène, Sandra… ont «synthétisé» l'idée que l'on se fait des divers aspects qui recouvrent l’environnement et la propreté (recyclage, réflexion sur les énergies, la nature, les déchets….).

Dans le service d’entretien, ces questions sont abordées au quotidien (propreté des cages d’escaliers, …), mais difficilement communicables avec les habitants et la jeune génération.

Avec un graphisme simple et ses couleurs franches, de type « Pop-art » à partir d’adhésifs (sponsoring Média-pub de la résidence d’artistes), le groupe de femmes a réalisé une cinquantaines de panneaux, logos et le groupe d’ hommes a installé les panneaux dans l’espace public sur le quartier du Peyrouat.

La rue comme premier lieu d’exposition, ouvert à tous donne ainsi à voir plus que des symboles mais diverses conceptions d’images en relief, tel un arbrisseau prenant racine dans le creux d’une main sur un fond marin…Les auteurs vous invitent à réfléchir !

 L’exposition photographique « Signalétique non-directionnelle »

de l’ensemble des réalisations et de l’installation « hors les murs » sur ce thème imposé aura lieu à l’école primaire du Peyrouat, vendredi 6 novembre 2009 lors de la restitution des animations organisées par Bois & Services.

 

 

RETOUR

 

 

 

 

Posté par mutationsdoffice à 14:18 - - Permalien [#]
Tags : ,
060209

REGARD JEUNES SUR LA CITE

DONNE TON POINT DE VUE

REGARD JEUNES sur la CITE
Atelier vidéo avec l'association "Battement d'ailes" dans le cadre de la résidence "Mutations d'Office"

Actualité : FESTIVAL Regards Jeunes sur la Cité 2009

En 2009 « Regards Jeunes sur la Cité » aura 20 ans.
                      Au fil du temps, les films qui ont été réalisés ont permis d’aborder de nombreux sujets. Pour participer au concours « Regards Jeunes sur la Cité » 2009 et enrichir cette réflexion, nous vous proposons deux nouveaux mots clés, introduisant les deux catégories en compétition pour cette 20ème édition :

logo

« Ici et ailleurs »
« Et demain… »                

Le règlement et la fiche d’inscription seront prochainement mis en ligne, nous vous en rappelons l’essentiel :

- âge des participants (12 - 25 ans)                    

- durée du film (8 minutes, générique compris)

- inscription des films (12 janvier au 9 septembre 2009

- Festival « Regards Jeunes sur la Cité » (28/29/30 octobre 2009)

- Remise des prix (30 octobre 2009).

En attendant, nous vous souhaitons une bonne année 2009, pleine de projets mis en images, avec un regard profond, pertinent, et critique, au plus proche de vos préoccupations au cœur de la cité.

               

pour plus d'infos, allez sur le site http://www.oroleis-paris.org/

 

 

 


 

 

Un autre regard sur la ville/pistes de travail

 

La ville est un espace géographique et humain, d'une grande hétérogénéité, qui peut donner lieu à des activités riches et variées.
Pour aborder ce thème à partir de la littérature de jeunesse, de nombreuses entrées sont possibles :
- L'aspect social (la marginalité, les échanges, la ville lieu de communication, de rencontres, d'isolement, d'exclusion, les métiers de la ville.)
- L'aspect construction et technologie (les matériaux, l'urbanisme, les transports, les bâtiments, les ponts et tunnels, le fonctionnement des objets dans la ville.)
- L'aspect imaginaire et artistique (la ville future, la ville dans la science-fiction, la ville rêvée, la poésie de la ville, le vocabulaire spécifique à la ville, les représentations de la ville dans l'art.).

 

Objectifs :

- Elargir et affiner sa représentation de la ville
- Prendre conscience des oppositions que suggère le thème de la ville

Matériel :

La bibliographie de base, plus des livres de la BCD correspondant à cette thématique.

Pistes d'activités :

- Partir des représentations des enfants sur le thème. En faire la liste au tableau.
  - Leur faire prendre conscience, par rapport à cette liste, que la ville est un lieu d'oppositions.
  - Organiser la liste en fonction de ces jeux d'oppositions.
 
  J'observe Paris la nuit. Gallimard

la ville le jour / la ville la nuit (J'observe Paris la nuit, Un taxi nommé Nadir)
lieu de peur / lieu de sécurité
les dessous de la ville / le dessus de la ville
l'errance / le repérage, le guidage (Perdu !)
les déplacements / l'immobilisme (Attention à la marche)
lieu de rencontre / lieu de solitude
le visible / l'invisible
le présent / le passé
richesse/pauvreté
intégration / exclusion (Madame t'es vieille)

 

Création - Production

Souvenirs de Paris. Thierry Magnier- Reprendre la liste des jeux d'oppositions et choisir une situation à représenter.
Faire trouver à ses camarades de classe l'opposition choisie. - Prendre des photos d'un même monument ou d'un même endroit dans des situations opposées (jour/nuit ; devant/derrière).
- Jouer sur l'opposition devant/derrière en prenant des photos de façades, de portes ou de fenêtres et en imaginant ce qu'il y a derrière.
- Inventer une histoire où les deux points de vue seraient proposés : point de vue de l'intérieur, point de vue de l'extérieur.
  - A partir de l'opposition présent/passé, effectuer un travail sur les plaques des rues.
  Rechercher leur évolution au fil des années, la référence à des personnalités historiques, des corps de métiers.
  Rechercher des vestiges d'anciennes publicités.
  - Prendre un détail d'un paysage de rue (Souvenirs de Paris) et l'associer à la vue d'ensemble.

- Créer à partir de la réalité, ou inversement, reconstruire une réalité à partir de détails ou d'éléments qui ont une autre utilité (Trompe-l'œil).
- Photographier des personnes circulant de manières différentes dans la rue et associer ces photos à un vocabulaire traduisant le mouvement.
Cela peut donner lieu à un travail en expression corporelle.
- Faire travailler les enfants sur les sonorités de la ville :
A partir d'un texte ou d'une illustration, rechercher et associer les bruits correspondant.
A partir d'une bande sonore, inventer une histoire.
- Réaliser un carnet de voyage dans la ville à l'aide de photos, dessins, textes. suggérant le cheminement, les rencontres.
- Fabriquer un livre-objet représentant tout ce qu'on peut trouver en ville : on peut à la fois passer par une reformulation (dessin, photo, texte) et par une collection d'objets. Cette collection pourra s'agrandir au fur et à mesure des découvertes des enfants.
- Réaliser un imagier   personnel de sa ville (les endroits, les choses qu'on aime, ses parcours personnels.). Comparer avec les imagiers personnels des autres élèves.

Prolongements

Lire sa ville. CRDP académie de Créteil Exprimer sa ville à travers les techniques des cultures urbaines (peintures sur les murs, danse, musique urbaine).
Utiliser la ville pour créer un environnement sonore urbain.
  Chercher d'autres jeux d'oppositions pouvant compléter la liste de départ

 

Posté par mutationsdoffice à 16:33 - - Permalien [#]
Tags :
040209

Résidence d'artiste en école primaire et maternelle de L'Argenté de Janvier à Juin 2009 / Valerie CHAMPIGNY

 

La Résidence d’artiste Mutations d’Office vous propose de participer à un atelier-workshop avec Valérie CHAMPIGNY, plasticienne (agrément IA). Ce projet est né d’un partenariat entre la Ligue de l’Enseignement des Landes et l’OPDHLM sur l’accompagnement des habitants dans la rénovation urbaine, démolition d’immeubles… Ce projet de résidence Mutations d'office vient d’obtenir le soutien de la Fondation de France.

Valérie Champigny a pour objectif de faire venir d'autres artistes en résidence sur un projet triennal 2010, 2011, 2012. L’enjeu d’une résidence avec les établissements scolaires est de pouvoir inscrire une démarche artistique expérimentale dans un cadre éducatif, en accompagnant les artistes dans la réalisation de leur projet et en prenant en compte les objectifs pédagogiques de l’Éducation Nationale. Il s’agit également de pouvoir inscrire une pratique d’ateliers sur la durée afin de permettre aux élèves de découvrir et d’expérimenter une démarche artistique ou le processus de création d’une œuvre. La résidence Mutations d'office est donc un projet porté par la Ligue de l'Enseignement des Landes, mis en oeuvre par Valérie CHAMPIGNY, un projet à suivre!

largente02p

Valérie Champigny propose des ateliers autour du paysage urbain, du paysage dit "ordinaire".
Mise en place d’une installation artistique pluridisciplinaire et interactive.(Depuis octobre, les familles collectent des boites alimentaires en vue de la réalisation sur l’espace urbain)
1-    visionnage d’un film sur le quartier du Peyrouat (maison, immeubles, château-d’eau. Observation et description des formes vues dans l’espace urbain. Quelle relation tisse-t-on avec l’espace urbain ? Comment se l’approprie-t-on ? Ces questions seront au cœur de l’atelier.
2-    Utilisation du dessin comme moyen d’expression et de représentation (feutres noirs sur papier blanc des différents éléments de la ville).
3-   Visionnage du dessin-animé « LA VILLE AUX 101 CHATEAUX-D’EAU », montage sons et images réalisé par Valérie Champigny à partir de l’ensemble des dessins des enfants. Description de la Bande-son, mémorisation et énumération des divers sons présents dans une ville. l’image est toujours omniprésente.. Elle est familière, rassurante, mais aussi déroutante et dérangeante.
largente01p4-    Trois toiles sur chassis sont utilisés afin de réaliser le fond de l’installation. Cette étape       nécessite d’adapter son geste aux contraintes matérielles.Chaque groupe a travaillé debout avec des bleus différents, en expérimentant le geste pictural tout en élaborant le dégradé de couleur de L :3,60m X  H :1,60m.
5-    Différents groupes ont participé au recouvrement des boites alimentaires collectés par les    familles. Les boites sont ainsi reliées à leur forme, leur volume et détournées de leur fonction première.
6-    Réalisation  de compositions en volume à partir des boites de tailles et de formes diverses. Après divers essais de montages, jeux de construction, test d’équilibre dans la superposition des boites, différents immeubles ont pris formes.
7-    Suite au collage des boites et au découpage des ouvertures et fenêtres par la plasticienne, nous faisons maintenant le lien entre la sphère privée et l’espace public. Ainsi les élèves ont abordé la représentation d’une scène intérieure. Chaque scène intérieure sera appliquée  sur chacune des fenêtres.

Etapes à venir du dispositif (jusqu’à juin):
-    Mise en lumière.
-    Installation de la nature.
-    Installation de la circulation. (développement autour de la prévention routière).
-    Sortie avec les groupes sur le quartier du Peyrouat..
-    Prise de photographies des façades du quartier dans le but  d’intégrer ces photographies sur la construction des immeubles réalisés.
-    Prises de sons sur le terrain en vue de l’intégrer dans l’installation artistique.
-    La présentation du dispositif interactif utilisé dans l’installation permettra de se familiariser avec les capteurs (de présence et de souffle). Puis dans un second temps, un travail d’improvisation par petits groupes permettra d’appréhender ce rapport à l’espace grâce à ces éléments interactifs.

Il s’agira de jouer, de se confronter à l’installation, mais également d’interagir avec les espaces, de les animer. Qu’est-ce que l’image nous renvoie ? Comment vient-elle à modifier notre espace, notre manière de bouger et de rencontrer “l’autre” ?