040209

Résidence d'artiste en école primaire et maternelle de L'Argenté de Janvier à Juin 2009 / Valerie CHAMPIGNY

 

La Résidence d’artiste Mutations d’Office vous propose de participer à un atelier-workshop avec Valérie CHAMPIGNY, plasticienne (agrément IA). Ce projet est né d’un partenariat entre la Ligue de l’Enseignement des Landes et l’OPDHLM sur l’accompagnement des habitants dans la rénovation urbaine, démolition d’immeubles… Ce projet de résidence Mutations d'office vient d’obtenir le soutien de la Fondation de France.

Valérie Champigny a pour objectif de faire venir d'autres artistes en résidence sur un projet triennal 2010, 2011, 2012. L’enjeu d’une résidence avec les établissements scolaires est de pouvoir inscrire une démarche artistique expérimentale dans un cadre éducatif, en accompagnant les artistes dans la réalisation de leur projet et en prenant en compte les objectifs pédagogiques de l’Éducation Nationale. Il s’agit également de pouvoir inscrire une pratique d’ateliers sur la durée afin de permettre aux élèves de découvrir et d’expérimenter une démarche artistique ou le processus de création d’une œuvre. La résidence Mutations d'office est donc un projet porté par la Ligue de l'Enseignement des Landes, mis en oeuvre par Valérie CHAMPIGNY, un projet à suivre!

largente02p

Valérie Champigny propose des ateliers autour du paysage urbain, du paysage dit "ordinaire".
Mise en place d’une installation artistique pluridisciplinaire et interactive.(Depuis octobre, les familles collectent des boites alimentaires en vue de la réalisation sur l’espace urbain)
1-    visionnage d’un film sur le quartier du Peyrouat (maison, immeubles, château-d’eau. Observation et description des formes vues dans l’espace urbain. Quelle relation tisse-t-on avec l’espace urbain ? Comment se l’approprie-t-on ? Ces questions seront au cœur de l’atelier.
2-    Utilisation du dessin comme moyen d’expression et de représentation (feutres noirs sur papier blanc des différents éléments de la ville).
3-   Visionnage du dessin-animé « LA VILLE AUX 101 CHATEAUX-D’EAU », montage sons et images réalisé par Valérie Champigny à partir de l’ensemble des dessins des enfants. Description de la Bande-son, mémorisation et énumération des divers sons présents dans une ville. l’image est toujours omniprésente.. Elle est familière, rassurante, mais aussi déroutante et dérangeante.
largente01p4-    Trois toiles sur chassis sont utilisés afin de réaliser le fond de l’installation. Cette étape       nécessite d’adapter son geste aux contraintes matérielles.Chaque groupe a travaillé debout avec des bleus différents, en expérimentant le geste pictural tout en élaborant le dégradé de couleur de L :3,60m X  H :1,60m.
5-    Différents groupes ont participé au recouvrement des boites alimentaires collectés par les    familles. Les boites sont ainsi reliées à leur forme, leur volume et détournées de leur fonction première.
6-    Réalisation  de compositions en volume à partir des boites de tailles et de formes diverses. Après divers essais de montages, jeux de construction, test d’équilibre dans la superposition des boites, différents immeubles ont pris formes.
7-    Suite au collage des boites et au découpage des ouvertures et fenêtres par la plasticienne, nous faisons maintenant le lien entre la sphère privée et l’espace public. Ainsi les élèves ont abordé la représentation d’une scène intérieure. Chaque scène intérieure sera appliquée  sur chacune des fenêtres.

Etapes à venir du dispositif (jusqu’à juin):
-    Mise en lumière.
-    Installation de la nature.
-    Installation de la circulation. (développement autour de la prévention routière).
-    Sortie avec les groupes sur le quartier du Peyrouat..
-    Prise de photographies des façades du quartier dans le but  d’intégrer ces photographies sur la construction des immeubles réalisés.
-    Prises de sons sur le terrain en vue de l’intégrer dans l’installation artistique.
-    La présentation du dispositif interactif utilisé dans l’installation permettra de se familiariser avec les capteurs (de présence et de souffle). Puis dans un second temps, un travail d’improvisation par petits groupes permettra d’appréhender ce rapport à l’espace grâce à ces éléments interactifs.

Il s’agira de jouer, de se confronter à l’installation, mais également d’interagir avec les espaces, de les animer. Qu’est-ce que l’image nous renvoie ? Comment vient-elle à modifier notre espace, notre manière de bouger et de rencontrer “l’autre” ?